Témoignages

Où sont les cordialistes 2017-2018 ?

D'anciens cordialistes témoignent

Matthieu - Bénin

Matthieu, 21 ans, est rentré en Juillet de son volontariat de 9 mois à Dangbo, ville méridionale du Bénin. Sur un plan professionnel, il a participé à la gestion d'une bibliothèque et à l'alphabétisation d'apprenties en couture. Matthieu a par ailleurs pris l'initiative d'ouvrir un petit cinéma: « le CinéBrousse ». Sur un plan personnel, son année a été "la plus grande expérience humaine" qu'il ait pu vivre jusqu'à aujourd'hui. De retour en France, Matthieu ressent un fort besoin de parler, s'exprimer, partager et approfondir ses réflexions. La rédaction de son mémoire devrait lui permettre de satisfaire ses désirs. Le sujet devrait porter sur la politique du pays et les rapports que les béninois entretiennent avec celle-ci. Pour cela, Matthieu s'appuiera sur la quinzaine d'entretiens réalisés par ses soins «sur le terrain».

Cyrielle - Cambodge

Le 29 Novembre 2016, je prenais l'avion pour six mois au Cambodge au sein de la European Foundation for Cambodian Children, association dont le but est de scolariser et de prendre en charge les enfants de la banlieue de Phnom Penh, la capitale. Chargée des cours d'anglais et des activités, puis de la relation aux parrains, j’ai découvert et appris beaucoup de choses, bien plus de ce à quoi je m'attendais. C'était mon premier long voyage hors d'Europe. Ces six mois sont passés à une vitesse folle, avec des moments exceptionnels et parfois plus durs. Le soutien de ma tutrice Ghislaine m'a été d'une grande aide tout au long de mon expérience, comme une ancre à des milliers de kilomètres. A travers les rapports d'étonnement puis le mémoire, j'ai appris à prendre le recul nécessaire sur des situations brutes, j'ai appris à prendre le temps. Pour tout ce cheminement : un grand MERCI.

Sélène - Inde
J'ai décidé de faire le DU en tant qu'année de césure entre mon M1 Solidarités et mon M2 afin d'acquérir plus d'expérience dans le domaine de l'humanitaire et d'avoir toutes les clés en main pour bien choisir mon M2 : savoir si je voulais rester dans le développement humanitaire ou dans l’Économie Sociale et Solidaire.
Je suis partie 6 mois à Pondichéry dans le Sud-est de l'Inde avec l'association CAP (Credit At People) qui est une association qui gérait le management d'un pensionnat pour enfants pauvres ou orphelins (qui a fermé depuis pour des raisons internes...) et le programme majeur qui est de suivre des femmes de basses castes (souvent dalits, les "intouchables") dans leur projet de microcrédit de ferme laitière. La formation au départ m'a apporté beaucoup de connaissances qui sont venues compléter celles que j'avais déjà sur le monde de la solidarité internationale, j'ai appris beaucoup de choses grâce à des intervenants variés dans un environnement bienveillant. J'ai fait mon mémoire sur l'impact du microcrédit dans les groupes de femmes dalits et tamoule.
April - Sénégal
Je suis partie durant 8 mois apporter mon soutien dans l'école primaire associative Keur Fatou Kaba, en périphérie de Dakar dans le quartier de Guédiawaye. Je donnais des cours d'informatique aux enfants, proposais des activités autour de la lecture, réalisais des séances de soutien scolaire et animais les leçons de sport. Intercordia m'a permis de mieux vivre la différence interculturelle, j'y était préparée même si les difficultés d'adaptation étaient tout de même bien présentes. Grâce à la formation Intercordia,  j'ai compris rapidement de nombreuses choses qui autrement m'auraient blessée. Tenir un journal et lire les retours de mon tuteur me faisaient beaucoup de bien, je pouvais parler de tout avec lui sans peur d'être jugée, et ses conseils m'étaient toujours très utiles. J'ai traversé beaucoup de difficultés, le harcèlement dont j’étais victime car seule toubab (blanche) du quartier n'était pas méchant mais très fatiguant, surtout pendant huit mois, ainsi que les jugements, la corruption, une vision de la femme différente de la mienne, et la violence parfois...
Mais avant tout, j'ai rencontré plein de personnes extraordinaires, j'ai partagé beaucoup de repas, invitée de toute part : et quel plaisir de découvrir le Sénégal en voyageant du Nord au Sud durant mes vacances ! Je garde de cette expérience un souvenir inoubliable, et malgré toutes les difficultés auxquelles j'ai fais face, je ne regrette rien, je suis très heureuse d'avoir vécu ce voyage solidaire. Un grand merci à l'association qui m'a accueillie et à  Intercordia !

La newsletter Intercordia

Télécharger
Newsletter Intercordia Novembre 2017.pdf
Document Adobe Acrobat 2.3 MB

On parle de nous